lundi 18 juillet 2016

Critique 10 - « Un amour nocif »

Un nouveau petit article sur la fiction « Un amour nocif » (j'ai corrigé la petite faute qui était présente dans le titre c'est plus joli) écrite par Ange 360.
On y raconte l'histoire d'Enzo et de sa petite amie, Lilas. Ils sont amoureux ils s'aiment très fort. Du moins, c'est ce que croit Enzo. Au fil du récit, on remarque que sa petite amie se sert de lui.Ce n'est pas une fille que les gens qualifieraient de « bien » : elle fume, boit, vole, et c'est une vrai manipulatrice à quatorze ans à peine. Enzo, à coté, c'est un garçon plutôt sage, gentil, qui n'aime pas trop décevoir ses parents, et surtout, il est très naïf. Et il est très obéissant envers Lilas. On arrive au moment de l'histoire ou débarque Sarah, une nouvelle élève au collège qui donne des cours particuliers à Enzo, qui en tombe amoureux.

~~
Les points positifs :

-L'histoire est racontée par Enzo, et ça c'est sympa.
-On est dans une fiction réaliste et je ne m'ennuie pas, ce qui est plutôt rare.
-Enzo est très attachant, on a envie que tout aille bien pour lui.

~~
Les points négatifs :


-Le style est très simple.
-Ça manque de description.
-Y'a quelque fautes.

~~
Pour s'améliorer, il faudrait te relire, peut-être, et si tu te relis déjà demander à quelqu'un de te corriger. Et tu pourrais peut-être écrire ton chapitre en deux temps. D'abord, tu écris ce qui te viens naturellement, et puis un peu plus tard, tu rallonges avec de la descriptions uniquement, comme ça on se plongera plus facilement dans ton univers, et ce sera plus agréable à lire. 

5 commentaires:

  1. Mouais, c'est pas ce que j'appelle une critique mais bon...

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'ai une bonne histoire !
    C'est l'histoire de "Anonyme" qui critique une critique x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas perçer avec ça t'inquiète ;)

      (Toujours là un an après wesh wesh)

      Supprimer
  3. C'est censé être une critique ? Je suis désolé, mais je trouve ça assez irrespectueux pour l'auteur de cette fiction d'obtenir une critique aussi laborieuse.

    RépondreSupprimer